INTERVIEW – Julie Andrieux touchante sur son mari: “J’ai un peu rencontré le Prince charmant! »

Ce samedi 23 avril, Julie Andrieu est aux commandes des Books de Julie sur France 3. In parallel, cette pétillante maman de deux enfants a récemment dévoilé le premier numéro de son magazine triestriel, baptisé À croquer, dans lequel elle offer des recettes “simple, pratiques et généreuses”. Elle s’est confiee a Gala.fr.

Julie Andrieu on all fronts! Deja aux commandes de l’émission Julie’s books diffusée tous les samedis après-midis sur France 3, la célèbre animatrice a désormais ajouté une nouvelle corde à son arc, puisqu’elle a récemment magazine lancé son premier, savoureusement baptisé crocker ! Dans le premier numéro mis en vente le 14 avril dernier, l’ancienne protégée de Jean-Pierre Coffe a eu envie de offerer une soixantaine de recettes”simples, pratiques et genereuses“autour des pâtes. Mais pas seulement, puisqu’elle a voulu intégrer plusieurs de ses proches, dont ses enfants, à cette aventure! Malgré un emploi du temps chargé, Julie Andrieu a pris le temps de repondre aux questions de Gala.fr. Gourmet Confidence…

Gala.fr : Commençons par évoquer votre actualité… Qu’est-ce qui vous a convaincu de dire oui à ce projet de magazine ?

Julie Andrieu : Ce n’était pas du tout mon idee pour être honnête. Ça aurait mêmeété un peu présomptueux de penser que les gens allaient acheter un magazine porté par moi. Mais un groupe de presse est venu me voir en pensant qu’il y avait quelque selected d’intéressant à faire et ils ont su me convaincre. D’abord, c’est un groupe de presse plutôt familial, artisanal, installé du Côté du Puy en Velay. De plus, ils ont pas mal de titres de kitchen, notamment pour les enfants. Je me suis dit qu’après tout, quitte à le faire, je préférais le faire avec eux.

Gala.fr : Vous avez été gastronomique critique, chroniqueuse culinaire, vous êtes aussi l’Auteure d’une vingtaine d’ouvrages… Qu’est-ce que vous avez le sense d’apporter de nouveau ?

Julie Andrieu : C’est toute la question! C’est vrai que quand on va au kiosque, on est sidérés par le nombre de titres de magazines de kitchen, donc on peut se requireder pourquoi un de plus? Mais par rapport à ce qu’ils avaient en tête, c’est-à-dire une approche assez classique, j’ai ajouté beaucoup de rubriques plus staffles et j’ai aussi intégré une bande de copains, qui seraient un peu chroniqueurs comme dans une emission. Je trouvais ça vraiment sympa de le faire avec des proches. À côté de ça, j’ai installé une rubrique qui s’appelle ‘Les carnets de voyages’ qui reprend ceux que je tiens avec mes enfants.

“Chaque annee, je fais un voyage avec chacun de mes enfants”

Gala.fr : Pouvez-vous en dire plus sur ce rituel que vous Avez avec Hadrien (9 answers) et Gaïa (6 answers)?

Julie Andrieu : Chaque annee, je fais un voyage avec chacun de mes enfants. Je vais bientôt partir quatre jours dans la région de Rome avec Gaia. Ensuite, je partirai quatre autres jours avec Hadrien à Lisbonne. Chaque Année, on découvre une grande ville, parfois une région, et on realise un carnet de voyages.

Gala.fr : Comment est née cette idée ?

Julie Andrieu : Lors de leur first voyage, Gaïa avait deux ans et Hadrien à peine trois ans. J’ai toujours été très voyageuse et j’ai eu envie de transmettre ça à mes enfants. Au-delà de ça, j’ai été élevée par une maman célibataire, j’ai très bien vécu et j’ai trouvé qu’on avait construit avec ma mère une relations tres proche, fusionnelle mais équilibrée à la fois. Ces rituels avec mes enfants sont des moments où je récrée cette Bulle, cette proximité. Le fait de passer la journée ensemble en tête-a-tête induit un rapport différent. Ce sont des Moments très forts durant lesquels on cree des souvenirs indélébiles. J’ai eu l’idee de ces carnets de voyage pour qu’il leur reste vraiment quelque selected.

Gala.fr : Vous avez éte elevee par une maman célibataire, pour qui la kitchen etait un sujet. Quels plats aviez-vous l’habitude de consommer lorsque vous étiez petite?

Julie Andrieu : Plutôt des produits industriels. J’avais quand même une nounou Qui me faisait des petits plats, mais c’était assez limité. Je mangeais beaucoup de surgelés, de plats préparés, du pain sous sachet… C’est ce dont je me souviens. Pour moi, ce n’était pas incongru parce que c’était mon quotidien. Ma mère trouvait que c’était un symbole de modernité, elle était d’ailleurs persuadée qu’en 2020, on the mangerait des pilules. Heureusement, l’histoire lui a donné delict! Paradoxalement, elle avait un restaurant, dans lequel elle ne faisai pas la kitchen, heureusement ! Mais elle aimait beaucoup recevoir.

Gala.fr : What is this premiere plate that you have souvenirs avoir cuisiné ? C’etait dans quel contexte?

Julie Andrieu : J’ai cuisiné une terrine de foie de volaille pour mon mec de l’époque (Jean-Marie Perrier, ndlr), who loves terroir. Je me suis lancée dedans en ouvrant le livre de Michel Guérard – qui était à peu près le seul livre de kitchen que nous avions – et je me suis dit que j’allais essayer même si je n’y connaissais rien. Cette première terrine était franchement ratée car, même si je m’étais appliquée, j’ai épongé le jus et c’était tres sec! J’en ai refait une, parce que je voulais prendre ma revanche, et à la troisieme ou quatrième, j’ai eu beaucoup de compliments. J’ai trouvé ça tellement incroyable de réussir un truc pareil que ça m’a confortée dans mon choix. Je me suis dit que la kitchen était une voie is possible.

Gala.fr: On le disait, vous êtes aujourd’hui maman de deux enfants. Quels sont leurs plats preferes?

Julie Andrieu : Récemment, je suis rentrée à la maison pour le déjeuner et j’ai requireé à mon fils ce qu’il souhaitait manger le lendemain, parce que quand je peux le faire, j’anticipe en faisant le Marché. Et il m’a dit: “maman, il ya quelque selected qui est rentré dans ma liste de plats preférés, c’est les croquettes de crevettes à la belge, à base de bechamel.” Sinon, il ya la pizza qu’on fait maison, je fais la pâte la veille et après j’ai mes petites recettes, et puis il ya les pâtes parce que c’est facile et qu’on en toujours sous la main. Pour le coup, j’ai un registre de recettes de pâtes qui est assez étendu!

“Mes enfants adorent kitchener avec moi”

Gala.fr: Est-ce qu’ils mettent, eux aussi, la main à la pâte?

Julie Andrieu : Ils adorent kitchenr avec moi, après ils ne le font évidemment pas tout le temps. Régulièrement, ils me demandent s’ils peuvent faire la kitchen avec moi, ce que j’accepte volontiers. Souvent, je leur offers the ensemble qu’on fasse les Chooses. Hadrien loves citron tart, for example, alors quand il m’en requiree une, je lui dis que je veux bien lui en faire une mais on la fait ensemble, donc ça devient un peu un jeu.

Gala.fr : Quelles valeurs voulez-vous leur transmettre à travers la kitchen ?

Julie Andrieu : Value is important to me, c’est de passer du temps avec eux et de leur accorder de l’attention. J’ai fait de mes enfants une Priorité, d’abord parce qu’ils sont arrivés tard dans ma vie donc c’est plus facile de le le pied Professionalnellement, et puis aussi parce que j’ai moi-même été une Priorité pour Mother. J’en ai tiré beaucoup de force et de confiance, c’est pourquoi je pense que c’est essentiel. Je leur transmets aussi le respect de l’autre parce que quand on fait de la kitchen, il faut répartir les tâches, il ya un some sens de l’équipe. Et puis, la curiosité, parce que derrière les recettes, je leur raconte des histoires. In words about producers, about producers, c’est une manière de se tourner vers le monde.

“Mon ex et mon mari s’entendent tres bien!”

Gala.fr : What is the ideal board that suits your habit of living with a family ?

Julie Andrieu : Je vous avoue que je change absolument tout le temps, c’est un peu l’essence de mon métier de me renouveler. Je m’accorde rare les poulet du dimanche, même si j’adore ça, mais c’est vrai que je suis without cesse en train de chercher de nouvelles idées. On est tout le temps en train de tester des idees avec des produits qui restent sous la main ou dont j’ai entendu parler…

Gala.fr: Il ya quelques mois, voice of the former Jean-Marie Perrier fun qu’il vivait chez vous et votre mari. Comment s’est passé la cohabitation ?

Julie Andrieu : Alors, il ne vit plus chez nous. Pendant un temps, il a été sans domicile fixe en quelque sorte. S’il a sa maison dans l’Aveyron, il n’avait pas d’endroit où loger à Paris, donc on l’a hébergé Pendant ses séjours parisiens. Il nous est bien sûr arrivé de partager des repas avec Jean-Marie et Stephane. La cohabitation s’est bien passée, tous les deux s’entendent tres bien!

Gala.fr : Qu’aviez-vous l’habitude de lui kitchenr ?

Julie Andrieu : Jean-Marie can’t help but pay attention to traditional dishes, not paying attention to the fact that he lacks attention. Il mange tres peu de sucres, voire pas du tout. Donc ça sera plutôt des plats mijotés, comme une blanquette, une poularde avec des champignons ou une pintade aux pommes.

Gala.fr : Quel est le plat que vous aimez concocter pour here is Marie ?

Julie Andrieu : Je ne lui connais pas de plat préféré, il n’y a pas une selected dont il rêve. Stéphane est assez peu gastronome, ce n’est pas quelque chose d’Essentiel pour lui. Ce n’est pas lui qui va exiger quoi que ce soit de ma part.

Julie Andrieux and son Marie Stéphane Delajoux at the Mawoma Gala, 1er concours mondial itinérant consacré aux femmes cheffes d'orchestre, à la Conciergerie, à Paris, le 9 mars 2020.
© Giancarlo Gorassini / BestimageJulie Andrieux and son Marie Stéphane Delajoux at the Mawoma Gala, 1er concours mondial itinérant consacré aux femmes cheffes d’orchestre, à la Conciergerie, à Paris, le 9 mars 2020.

Gala.fr : Est-ce que vous vous partagez la tâche en kitchen ?

Julie Andrieu : Pas du tout! C’est tres bien comme ça d’ailleurs, parce qu’il en fait déjà énormément à la maison. C’est un super mari. On dit souvent que le Prince charmant n’existe pas, moi je pense que je l’ai quand même un peu rencontré! Il fait absolument tout, mais j’ai quand même un peu plus la main sur la party enfants et kitchen. Attention, volunteering!

Gala.fr : Est-ce que la kitchen aide à séduire, selon vous ?

Julie Andrieu : En ce qui worries me, les gens me disent : ‘Vous êtes la femme ideale, parce que les mecs rêvent d’une nana qui se met à table et qui n’a pas peur de manger en prenant du poids’. C’est ce que j’entends souvent, de la part des femmes d’ailleurs. Souvent, note the typeface les filles, évitent les excès. Moi, c’est vrai que le gras et les sauces ne me font pas peur! Si c’est séduisant, alors peut-être… Après, je pense qu’il ya des hommes que ça ennuie que leur femme passe beaucoup de temps en kitchen.

Gala.fr : Comment vous occupez-vous quand vous ne kitchenz pas ? Quelles sont vos autres of passion?

Julie Andrieu : Je fais beaucoup de jardinage. Je m’y suis intéressée tardivement. On the outskirts of Paris il ya quatre ans, on vit aujourd’hui à Versailles, où on un jardin dans lequel je m’investis. En parallèle, je passe beaucoup de temps avec les enfants. J’adore aussi la Musique classique donc on essaie un maximal d’aller écouter des Concerts et voir des opéras parce que c’est quelque chose qui me touche. J’ai aussi une super bande de copyines, avec laquelle j’essaie de passer du temps dès que je peux.

Photo credits: BEST IMAGE

Leave a Comment