Photo: chocolate, planks, combines… Ron Galella, paparazzi who call like paparazzi

Aucune star ne lui a échappé. Il avait un don pour capter leur verite. Et l’art de provoquer leur fureur.

Culotté, vif, débrouillard, il pouvait se camoufler des jours durant dans un entrepôt, fabriquer de fausses, invitations to the evening, baratiner les portiers, soudoyer les voituriers. Préparant ses réglages à l’avance en cas d’embrouille avec la vedette, il dégainait l’appareil à bout de bras etshootait avant de filer.

Australian lira: Hommage aux voleurs d’images – Paparazzi

La suite après cette publicite

Le paparazzi avait un cœur. Quand Greta Garbo l’a supplié d’arrêter le harcelement (“Je n’ai rien fait de mal!”), il a obtemperé. Warhol l’aimait bien, ils partageaient l’obsession de la celébrité. “Tout le monde veut être riche et célèbre, donc tout le monde veut savoir comment ces gens le sont devenus”, prétendait Galella pour se réjouir des temps fastes. Dans les années 2000, la cote de celui quiétait autrefois surnommé “le cafard” avait fini par grimper, change d’ere oblige. On le considerait comme un artiste, on l’exposait en galerie. Lui qui possédait des millions of images inédites exploits the son of funds with a woman, Betty. Ron Galella publishes routine books like New York or The Disco Years. Sur la couverture de ce dernier figure of the singer Grace Jones, Studio 54. « Puis-je le garder ? » in el demand, soudain nostalgic, à un journalist qui lui montrait le recueil dans l’espoir qu’elle le lui dédicace.

La suite après cette publicite

Princess Caroline of Monaco and her son Marie, Philippe Junot, 1978

Princess Caroline of Monaco and her son Marie, Philippe Junot, 1978

© Ron Galella Collection via Getty Images

Ronald Galella, revolutionary figure of the era, stars of life in the power of youth. Un tresor is invaluable. Il se presentait en defendeur de la liberté d’informer. Son mantra n’a jamais varié: “Voir des gens extraordinaires accomplir des Chooses ordinaires. » Né en 1931, il grandi au sein d’une modest family italo-americaine du Bronx et s’est orienté vers la photography durant son military service, effectué en pleine guerre de Corée, avant de se former à l’université d’ art and L.A. design, don’t sort your degree in photojournalism.

David Bowie in 1985

David Bowie in 1985

© Ron Galella Collection via Getty Images

The years of the 1950s, Hollywood… The stars are reaching out. Galella, qui désirait les approcher, a d’abord travaillé de loin, puis de plus pres. « J’étais destiné à devenir un photo studio, mais je n’avais pas l’argent. J’ai fait du monde mon studio, et c’est une bonne selected, car j’aurais dû entrer en compétition avec Irving Penn et les autres. Or j’ai offert quelque selected de différent, des images qui révèlent les gens. » Et qui les enervent ! Brando louis cassette de dents, richard burton l’death threat avant-garde de l’inviter a son nuptial, sean penn louis craché dessus … louis aussi goute maintenant la postérité, par la grâce de son obsession pour une femme.

La suite après cette publicite

La suite après cette publicite

Madonna and Sean Penn in 1986.

Madonna and Sean Penn in 1986.

© Ron Galella Collection via Getty Images

Souvent, en fin d’après-midi, Jackie se balade ou court autour du Reservoir, à Central Park. Ron Galella s’apprête à en sortir avec une amie quand il l’aperçoit s’échappant de son domicile, 1040 5e Avenue, par une porte dérobée. Galella se met on the march, more comment rattraper sa “proie” et la saisir de face without provocateur sa fuite? Il hèle un Taxi, Balance Sa Consigne: “Suivez cette femme, en roulant au ralenti pour ne pas la perdre. » Il ouvre la fenêtre, appuie sur le declencheur. Click, click. Jackie n’a pas dû entender ce bruit familier et honni, car elle commet une erreur ce jour-là. Une des rarities. Allant à l’encontre de son instinct méfiant, elle se tourne vers l’objectif, cheveux aux vents, lunettes noires à la main. Elle esquisse même un sourire, ne sachant pas encore que Galella rôde. Cette image miraculeuse de 1971, amazing frame, fut une des plus publiées Jacqueline Kennedy Onassis.

Dustin Hoffman and woman, Lisa, Los Angeles, 1983

Dustin Hoffman and woman, Lisa, Los Angeles, 1983

© Ron Galella Collection via Getty Images

En une seconde, Galella a saisi la part de charme de la femme la plus mysterieuse du monde. The eternal sacrifice that ramasset le Morceau de Servel de son marie in Dallas, in 1963, el est en Jean and Apparaît naturelle, human, beauty, accessible, light. Louis called this portrait “Monna Lisa”. Le cliché marque une des ultimes interactions “opportunities” entre eux. Sa passion for Jackie remonte à une commande of Motion Picture, en 1967. Il s’agissait de voler, lors de l’inauguration d’une galerie d’art, quelques secondes de la vie de la veuve. Le résultat, mediocre (elle dans la foule avec son conseiller financier Andre Meyer), le titille. Il succombe à l’attrait que cette femme exerce: ce ne sont pas seulement les tabloids qui la réclament, mais aussi “Time” et “Newsweek”… Il la planque en bas de son immeuble, decortique ses horaires de promenade, se déguise et mitraille ses enfants, John Jr. et Caroline, au tennis, à vélo, en bateau, à cheval.

Surprise Sylvester Stallone in a T-shirt, in his son's magazine, devant chez lui, à Malibu, 1979.

Surprise Sylvester Stallone in a T-shirt, in his son’s magazine, devant chez lui, à Malibu, 1979.

© Ron Galella Collection via Getty Images

Il pourchasse leur mère au restaurant (un de ses “scoops”: Jackie dînant avec des baguettes), en vacances à Skorpios avec Onassis, sur son balcon, et va jusqu’à entretenir une liaison avec sa femme de chambre… « Jackie est devenue mon obsession, ma célébrité préférée”, disait-il. Il jurait, pour se justifier, qu’elle appréciait finalement d’être photographyée de la sorte: “Une hypocrite. » Rien de plus faux. Elle l’a haï, lui atanté plusieurs procès afin d’obtenir qu’il ne puisse plus s’approcher d’elle et des siens. Cassez son appareil! » fut la phrase célèbre qu’elle prononça sans daigner lui accorder un ratio. Ron Galella, who threatens jail and stops the truck.
The song “Jacqueline” is like a great souvenir album. Oh oublee l’ambivalence, qu’un ennemi l’a concocté.

Leave a Comment